Parlons engagement.


Ne vous inquiétez pas. Il ne va pas être question de l’engagement amoureux, des phobiques de l’engagement. Rien de tout cela !

Je souhaite juste évoquer l’engagement, pour une cause, et notamment afin d’atténuer, voire de mettre fin à une injustice, quelle qu’elle soit.

Pour ma part, je ne suis qu’une petite étudiante en droit de la santé qui écrit un blog, qui a des revendications. Je ne sais pas si je peux me considérer comme une personne militante. 

En effet, je connais des personnes qui sont davantage impliquées, qui militent. Des personnes qui ont créé des associations, qui s’engagent en politique…

Ce n’est pas encore mon cas. Je me contente juste d’écrire quelques billets d’ici et là, de pousser des coups de gueule sur mon compte facebook, notamment lorsque je suis confrontée à l’inaccessibilité des lieux où je souhaite me rendre (surtout lorsque je porte des chaussures à talons!) ou bien à l’étroitesse d’esprit de certains. De même, grâce au petit succès que mon blog rencontre, j’ai été conviée à intervenir le 3 avril prochain au colloque dénommé « Sexualité, amour et handicap : tous concernés! », organisé par l’association Grandir d’un Monde à l’Autre. Rien de transcendant.

J’espère œuvrer davantage dans le futur, soit par le biais associatif, soit par l’engagement politique (ou bien les deux en même temps!), afin de bousculer certaines idées reçues véhiculant sur le handicap, et bien sûr, pour mettre fin à ce blocage franco-français relatif à l’accessibilité des lieux recevant du public.

J’imagine que vous ne voyez pas trop à je souhaite en venir… Parlons-en!

Lorsque j’écris un billet ou lorsque je m’énerve un petit peu sur facebook, je le fais afin de sensibiliser ceux qui me lisent. Aucunement pour me plaindre. Or, il y a quelques jours de cela, un ami m’a confié qu’il trouvait que je me plaignais beaucoup, ces temps-ci. Or, ce n’est pas mon ressenti. Afin d’en avoir le cœur net, j’ai demandé à une amie ce qu’elle en pensait.

Elle m’a répondue que je me plaignais également beaucoup (sur facebook). Incompréhension totale.

Cela m’a blessé, que des personnes qui me sont proches puissent penser cela. En effet, de nature joviale, bonne vivante, rigolote (Ok, mes blagues sont un peu douteuses parfois), je n’avais jamais imaginé pouvoir renvoyer cette image. Celle d’une personne qui se lamente sur son sort.

Suites à ces révélations, je souhaite mettre les choses au clair. Revendiquer ne signifie pas « se plaindre ».

Lorsque je râle, je m’indigne, je le fais afin que les personnes valides, qui me lisent, soient sensibilisées. Oui, je suis de nature utopique. Néanmoins, je pense que les mentalités évolueront de manière progressive. Ainsi, une personne valide n’ayant jamais eu dans ses connaissances de personnes en situation de handicap, pourra éventuellement, en me lisant, se dire :

« Ah oui, c’est vrai, l’inaccessibilité est un problème. Peut-être vais-je en parler à mon pote Robert, gérant d’un bar, afin qu’il fasse des aménagements dans son établissement dans le but de le rendre accessible aux personnes à mobilité réduite ».

Oui, je caricature. Le but est que vous compreniez ma démarche.

Certes, je sais bien que ce n’est pas en écrivant des billets, en publiant des statuts sur facebook « à chaud », que je vais révolutionner le monde. Néanmoins, je pense que les choses évolueront que si nous ne cessons pas de nous indigner.

Oui, adoptons le leitmotiv de feu Stéphane Hessel et indignons-nous (ou handignons-nous)!

En effet, prenons l’exemple de l’accessibilité et la non application de la loi du 11 février 2005. Certes, il y a un renoncement de la part des politiques. Néanmoins, comme l’a souligné, à juste titre l’athlète paralympique (et engagé!) Ryadh Sallem lors de cette entrevue, nous, les personnes à mobilité réduite, avons également notre part de responsabilité. Nous n’avons rien fait pour anticiper la mise en oeuvre de cette loi. Oui, nous aurions dû également exercer du lobbying, à l’instar de ces personnes par exemple.

Si nous ne voulons plus être considérés comme des citoyens de seconde zone, nous devons nous indigner, dénoncer chaque injustice que nous rencontrons. Cela ne vaut pas uniquement pour la cause du handicap mais également pour toutes les autres injustices, bien entendu.

Pour ma part, je vais tâcher de modérer mon impétuosité, mais jamais je ne cesserai de râler (pour la bonne cause!).

Sur ce, bonne fin de dimanche (et j’espère que vous êtes allés voter!)

Kenavo.

 

8 réflexions sur “Parlons engagement.

  1. Article intéressant à plusieurs niveaux. Ce qui me vient en premier en tête est que, bien que je ne vous connaisse pas personnellement, je n’ai pas vraiment l’impression que vous râliez tout le temps. Bien au contraire, l’humour dont vous pouvez faire preuve dans vos articles me fait penser que vous êtes en mesure de prendre de la distance par rapport au(x) sujet(s) dont vous traitez.
    Après, j’ai souvent vu des personnes qui tenaient viscéralement à une cause (et là je reviens sur le terme d’engagement) être tellement focalisées dessus qu’elles finissaient par ne plus sembler pouvoir parler d’autre chose, ce qui faisait alors dire à leurs proches qu’elles ne faisaient que se plaindre. cela ne minimise en rien votre combat, ce n’est qu’un ressenti.
    Mais, dans le même temps, si personne ne râlait, bien des choses ne bougeraient pas du tout dans ce pays où j’ai souvent ‘impression que seuls ceux qui râlent obtiennent quelque chose (à défaut de parvenir à leur but). Et puis, si impossible n’est pas français, il y a belle lurette que j’ai compris que râler le représentait tout à fait !

  2. Pour ma part je trouve très bien que vos amis vous aient dit ça: en effet, vos articles sont trop souvent acrimonieux et geignards; la complainte de la pauvre handicapée dans le monde des méchants valides ça va bien un moment (je suis convaincu que votre situation est très dure à vivre cependant), mais il n’y a jamais de points positifs soulevés. Par exemple, l’article sur les gynécologues: vous tirez à boulets rouges sur ceux que vous avez vu, simplement parce qu’ils font références à votre handicap ! Bon sang, mais ce sont des médecins, ils font leur boulot de médecin ! Même si vous savez par coeur ce qu’ils vous disent, ils le font aussi (et surtout) parce que c’est leur devoir, histoire je pense, que personne n’aille leur chercher des poux dans la tête si des fois ils ne le disaient pas…
    C’est juste ch*** les gens qui passent leur temps à râler, au point que pour ma part je n’ai plus envie de les écouter, parce qu’il n’y a jamais rien de positif dans leur discours…
    Essayez donc, une fois, d’être relax et détendue…ou bien essayez la méditation…

      1. Parce que je peux glaner, au milieu du reste, des choses intéressantes…et ne pas être d’accord avec vous ne signifie pas être un troll…ou alors vous devenez tout aussi intolérante que ceux que vous condamnez…

        1. C’est étonnant, cette phrase : « la complainte de la pauvre handicapée dans le monde des méchants valides ça va bien un moment (je suis convaincu que votre situation est très dure à vivre cependant) » : si vous êtes convaincu que la situation de Lydie est très dure, pourquoi lui reprocher de se plaindre, surtout sur un site qui lui est personnel ?

          Personnellement je ne vois aucune plainte dans ses écrits, juste de l’information, mais bon…
          Le boulot de médecin, c’est de parler pathologie osseuse quand on est gynéco ? Est-ce que ton dentiste te demande si tes vaccins sont à jour, ou ton ophtalmo ce que tu fais pour tes verrues plantaires ?

          1. « Le boulot de médecin, c’est de parler pathologie osseuse quand on est gynéco ? Est-ce que ton dentiste te demande si tes vaccins sont à jour, ou ton ophtalmo ce que tu fais pour tes verrues plantaires ? » Très bon parallèle, Lili.
            Je ne trouve pas non plus que Lydie se plaigne trop. Nous nous trouvons sur un site à visée militante concernant l’accès aux handicapés, nous ne nous attendons pas à lire un article sur la pluie ou le beau temps, ni un article de « inspiration porn » (cf. Stella Young dans TEDxSydney).
            Pour répondre à Fred : Un rendez-vous médical, qui plus est gynécologique, est quelque chose de très intime. Quand on en sort blessé ou déçu par l’attitude du médecin, c’est qu’il y a eu un problème. Il me semble alors difficile d’y trouver des points positifs. Que devait-elle dire? « Il m’a semblé compétent » (sauf qu’il m’a infantilisée), « il m’a semblé gentil » (sauf qu’il m’a infantilisée), « il m’a semblé sérieux » (tellement qu’il m’a infantilisée)? Infantiliser son patient ou se permettre des remarques frisant l’eugénisme ou la ségrégation sociale efface les qualités que le praticien peut avoir par ailleurs.

  3. J’aime ton article!
    C’est marrant j’ai eu il y a peu une discussion sur ce thème.
    Moi j’aurais tendance à dire continuer à t’indigner et à le dire au moins tu es vivante et tu ne t’ai pas encore éteinte dans la série de moutons que la société a tendance à faire devenir tout un chacun.

  4. Un seul mot : continuez vos articles !

    Ce n’est pas parce que l’on ne commente pas qu’on n’aime pas…

    Je ne vous connais pas personnellement mais je doute que si c’était le cas, j’ai à vous définir comme quelqu’un qui n’arrête pas de se plaindre !

    C’est effectivement de justes revendications, je dirai même des revendications normales, et puisqu’il ne faut pas compter que les progrès viennent d’en haut (comme la théorie du « ruissellement » qui dit qu’arroser les plus riches finit par rejaillir sur les plus pauvres plutôt que le contraire !), demandez donc à vos ami(e)s d’agir concrètement en oeuvrant pour que leur immeuble ou leur maison vous soit accessible, ainsi que le bout de trottoir qui les dessert, de même que là où ils travaillent, etc.
    La petite mémée avec sa poussette en profitera de même, et s’ils ne sont pas convaincus, dites-leur que ce qui est fait n’est plus à faire et… qu’ainsi ils vous enlèveront des raisons de vous plaindre !
    Cordialement,
    JYB

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s